Categories

Accueil > Communiqués > Quartiers de Mâcon : quand est-ce qu’on travaille vraiment, et tous ensemble (...)

23 novembre 2020
Mâcon Citoyens

Quartiers de Mâcon : quand est-ce qu’on travaille vraiment, et tous ensemble ?

Dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 novembre, une nouvelle fois, Mâcon a été le théâtre de multiples scènes de guérillas urbaines, entre feux d’artifices tirés à l’horizontale et voitures brûlées.

Trois jours avant, le maire de Mâcon, Jean-Patrick Courtois, s’était fendu, en conférence de presse d’un discours fracassant, sur le côté « inadmissible » de tels agissements. Et effectivement, on ne peut pas les admettre.

On ne peut pas admettre que depuis si longtemps les habitants de ces quartiers vivent dans la peur de petites bandes qui sévissent en bas des immeubles, on ne peut pas admettre qu’à Mâcon le taux de chômage soit de 20 % (oui, le vrai taux, pas celui que M. Courtois évoque en réunion publique et qui comprend tout le bassin d’emploi de Mâcon, s’étendant largement sur la plaine de l’Ain...), on ne peut plus admettre les fausses promesses, les caméras qui ne servent à rien, les constructions vides de gens et vides de sens.

Le problème des banlieues n’est pas l’apanage de Mâcon mais nos petits quartiers périphériques auraient pu échapper à cette escalade de violence. Alors comment admettre un tel laisser-faire, et depuis tant d’années ? Nous avons ici le résultat non seulement de l’abandon de ces quartiers mais également celui d’une politique de réduction des moyens pour la police.

M. Courtois, c’est vous et votre majorité de l’époque, sous Sarkozy, qui avez voté la suppression de la police de proximité ; c’est encore vous qui avez choisi de supprimer des postes d’animateurs et des postes de gardiens d’immeubles. Vous encore qui réduisez le contrat de ville au strict minimum. Vous qui ne proposez rien au jeunes de plus de 14 ans dans vos centres sociaux. Vous qui n’utilisez les dotations de l’État que pour construire, encore et encore. Construire, démolir, construire à côté, faire un joli goudron, de jolies places bien propres (enfin pas partout).

Vos propositions aujourd’hui ? Aux Saugeraies, pour lutter contre les incendies de voiture : construire des garages ! Cela pourrait être drôle si la peur ne s’était pas emparée des habitants. Car beaucoup ne pensent plus qu’à partir.

Il faut remettre des professionnels dans ces quartiers, de la police, évidemment, mais aussi travailler sur le long terme avec des travailleurs sociaux, des éducateurs, des gardiens... Et sans se faire d’illusion. Ce sera long et difficile, on ne recrée pas du lien et de la confiance aussi facilement qu’on signe un permis de construire ou qu’on refait le bitume.

Et pour cela, il faut aller tous ensemble dans le même sens.

Des outils existent : le « CLSPD », ce conseil local de la sécurité, de la prévention de la délinquance qui existe dans tant de villes mais qui est invisible à Mâcon. Le contrat de ville qui peut être orienté sur une plus grande implication des habitants à la vie de leur quartier et pas ces « conseils citoyens » fantômes que vous avez mis en place - en tout cas sur le papier - mais sans que les habitants soient informés. Il faut bâtir oui, des projets, et avec les habitants.

Bref, on commence quand ? Vous êtes aux manettes depuis 20 ans et preuve est faite aujourd’hui que tout seul du haut de votre toute-puissance locale et de tous vos outils de communication, vous avez bien du mal ; il serait grand temps de se réunir, de prendre le meilleur de chacun et travailler vraiment, concrètement, au vivre-ensemble.

Commentaires

Poster un commentaire